Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

9 articles avec jeunesse

Livres jeunesse pour Noël

Publié le par Brouillard

Bonjour amis lecteurs !

 

Noël approche à grand pas. Pour les retardataires qui chercheraient des idées de titres à offrir, voici une sélection que je vous recommande. 

 Découvertes jeunesse :

Si vous aimez les contes illustrés, les légendes revisitées, voici le livre qu'il vous faut absolument vous procurer !

Ramayana : la divine ruse de Sanjay Patel, paru chez Ankama en octobre 2011

 

C'est un livre de jeunesse très proche d'un livre d'art . Il donne à lire et à voir  184 pages admirables autant dans le travail sur le dessin, la mise en perspective du texte et de l'image que la mise en page. Il s'agit de l'adaptation d'une histoire de la mythologie hindoue. En fin d'ouvrage vous trouverez un dossier relatant le travail de l'auteur, mais surtout répertoriant les différents protagonistes du récit et en offrant une synthèse. De l'histoire vous retiendrez l'amour, l'aventure et les batailles, l'héroïsme du dieu réincarné pour détruire le démon. Vous serez émerveillé par cette légende vielle de 2 500 ans.

L'auteur n'est pas n'importe qui. Il a participé à des films de Pixar, c'est un animateur et un storyboarder.

 

Dans un autre registre, la trilogie  de Frank Beddor :  Les guerres du miroir. C'est une nouvelle adaptation d'Alice au  Pays des Merveilles. L'enjeu est différent, l'exotisme est toujours au rendez-vous, le combat impitoyable, les épreuves nombreuses et les pertes cruelles. C'est à  Laure Del'autrecôtédumiroir que je dois cette découverte.

 

  >

Jean-Michel Payet - Aerkaos

Je vous conseille aussi une autre trilogie rééditée en un seul volume, celle de Jean-Michel Payet : Aerkaos. C'est l'histoire d'une jeune vestale, Oonaa, soumise à l'ordre Vunique depuis sa plus tendre enfance et qui part un concours de circonstance va découvrir le monde extérieur à la  citadelle de Maahsandor, et faire la connaissance des dissidents. Elle va remetrre en cause tout ce qu'elle a appris, se questionner sur le sens des choses qui l'entourent, trahir ce qu'elle a connu pour se lancer dans une vaste quête ayant pour but de libérer le peuple de la tyrannie de l'Unique et dénoncer l'imposture de ce dernier. Les contes et les livres sont interdits dans le pays, mais elle découvre que les livres sont des passerelles vers d'autres mondes au sens propre comme au figuré puisque toute cette histoire est lue par Ferdinand, jeune garçon solitaire ayant perdu récemment son oncle. Il tombe sur un livre mystérieux dans un carton et lit le début de cette aventure qui va le bouleverser au point de le faire participer aux événements. Il est toujours délicat de parler d'une trilogie sans trop en dire, mais j'espère vous avoir donné envie de la parcourir ! 

Publié dans Jeunesse

Partager cet article

Repost 0

Les étranges talents de Flavia de Luce d'Alan Bradley

Publié le par Brouillard

 Les étranges talents de Flavia de Luce d'Alan Bradley

Edition du Masque,2010

 

  Les_etranges_talents_de_Flavia_de_Luce_msk

 

L'originalité de la couverture du roman -par sa noirceur, sa référence au gothique, et cette figure de petite fille (si frêle et fragile et à la fois si semblable à "Mercredi" de la famille Adams) entourée de ronces, d'un chat noir et d'un corbeau- était incitative à découvrir ce récit emprunt de mystère. En tout cas, c'est ce qui m'a poussée à jeter un oeil sur la quatrième de couverture.

 

La méchanceté, un esprit un peu diabolique entre soeurs et l'énigme d'un meurtre, voilà autant d'ingrédients qui présageaient une bonne histoire. Flavia, âgée de 11 ans, est passionnée de chimie -de création de poisons-, elle fait des expériences dans son laboratoire, notamment en empoisonnant le rouge à lèvre de sa soeur aînée Ophélia. Dans sa famille ils ne sont pas démonstratifs, même son père féru de timbres, grand collectionneur, semble vivre dans un monde à part. Flavia est dotée d'une ouïe fine et d'un sens aigu de l'observation. Aussi c'est tout naturellement qu'elle va mener l'enquête sur le mort retrouvé dans le potager du manoir Buckshaw, propriété de sa famille. Elle adore les mystères et surtout, elle veut disculper son père qui, aux yeux de l'inspecteur en charge de l'affaire, apparaît comme le coupable idéal. Elle dispose d'éléments qu'elle n'a pas rapporté aux autorités dont celui qui consiste à connaître l'heure du décès : le mort a expiré sous ses yeux en prononçant le mot "Vale" et son haleine était marqué par une odeur de poison. De plus, elle a surpris une conversation entre son père et l'inconnu dans la nuit.  

L'histoire débute par la découverte sur le palier de la porte de la cuisine d'un oiseau mort tenant en son bec un timbre : son père présent lors de l'événement est très affecté par cette découverte. Il essaie de masquer son malaise à sa fille et à sa femme de ménage. A partir de ce moment le mystère est lancé et le poisson-lecteur est ferré ! L'enquête va lever le voile sur le caractère du père et la naissance de sa passion pour les timbres. Flavia va ainsi se rapprocher de son géniteur. Cette histoire est rondement menée, avec les pauses et les doutes nécessaires aux fausses pistes et au suspens. Appréciation positive garantie pour ce récit !

Publié dans Jeunesse

Partager cet article

Repost 0

Tobie Lolness de Timothée de Fombelle

Publié le par Brouillard

 

Timothée de Fombelle (auteur)

François Place (illustrateur)

Edition Gallimard, 2010

 

  Les Yeux d’Elisha (Tobie Lolness, tome 2)  

 

Tobie Lolness, Tobie Lolness, Tobie Lolness...

Je pourrais le répéter comme une formule magique !

C'est à un voyage dans UN arbre, un chêne pour être exact, que ce petit personnage m'a fait vivre sur deux tomes : La vie suspendue et Les yeux d'Elisha. Un millimètre et demi, sorte de chapardeur comme dans le film japonais ou de minipousse sauf qu'il ignore l'existence des hommes. Nous sommes dans un microcosme où tout le récit questionne sur la vie de l'arbre, des basses branches aux cimes. Est-ce le monde où existe-il au-delà? Comment l'arbre se régénère? Quels sont les animaux nuisibles et les autres? Mais avant tout c'est l'histoire d'une famille : les Lolness dont le père chercheur, scientifique curieux de tout, fait une découverte qui bouleverse la vie de sa propre famille ainsi que celle de la société dans l'arbre. La sève, source de vie de l'arbre, peut donner vie à des objets inanimés. Une telle avancée peut conduire à la mort de l'arbre dans de mauvaises mains, donc il refuse de livrer son secret. C'est ainsi que sa femme et lui sont emprisonnés tandis que leur fils Tobie, en fuite, va tout tenter pour les délivrer. Comme on se doute, la tâche est ardue. L'aventure sera périlleuse et très belle aussi par les rencontres. Des amitiés se nouent et se dénouent, des sentiments naissent. Pendant ce temps, les rapports de force s'inversent et comme souvent dans les sociétés civilisés, ce sont les hommes qui menacent leur environnement. 

 

L'auteur, Timothée de Fombelle, distille dans son récit à l'écriture alerte, humoristique et grave des réflexions sur l'écologie ainsi que sur le racisme. Le peuple de l'arbre craint le peuple des "Pelés" vivant dans les herbes et met tout en oeuvre pour le détruire.  

Le second tome est plus rapide que le premier puisque le dénouement se dessine et que trois ans se sont écoulés. Les rebondissements se multiplient, des intrigues parallèles foisonnent et se canalisent toutes vers un seul objectif final, choisir son camp : celui de Tolbie ou de Jo Mitch, ouvrir les yeux et son coeur en apprenant les vérités du passé.

 

 Merci à Mademoiselle Armance, Naoko et d'autres amies pour leur excellente suggestion !

Publié dans Jeunesse

Partager cet article

Repost 0

La grande fabrique de mots d'Agnès de Lestrade et Valeria Docampo

Publié le par Brouillard

  Il existe un pays où les gens ne parlent presque pas. Dans cet étrange pays, il faut acheter les mots et les avaler pour pouvoir les prononcer. Le petit Philéas a besoin de mots pour ouvrir son coeur à la jolie Cybelle. Mais comment faire ? Car, pour tout ce qu’il a envie de dire à Cybelle, il y en a pour une fortune... (source : Alice Jeunesse)

 

Le texte poétique, l'histoire, les dessins tout est digne de convier au rêve et au plaisir. Tout est bien peint pour atteindre la perfection des sentiments. Il s'agit d'une histoire originale sur l'appropriation du langage. A lire et à regarder absolument !


Voyez l'avis de La soupe de l'espace sur ce magnifique album.

Publié dans Jeunesse

Partager cet article

Repost 0

Le livre des débuts d'histoire de Kristin Kladstrup

Publié le par Brouillard

Le livre des débuts d'histoires par Kristin Kladstrup

Traduit par Anne-Judith Descombey

Nathan, 2007

Littérature jeunesse

 

 

 Prenez garde, vous qui écrivez dans ce cahier, Prenez garde aux histoires que vous commencez, Car chaque histoire qui possède un commencement Pourrait bien avoir aussi une suite et un dénouement.
Pensez également, avant d'écrire pour de bon, Que si au jour succède immanquablement la nuit, Tous les débuts d'histoires ne font pas de bons récits ; Certains y parviennent, d'autres non. Que ce livre rende son jugement souverain Pour dire si et comment l'histoire prendra fin.

 

 

1914, la campagne américaine. Parce qu’il adore écrire, le jeune Oscar entame un livre de débuts d’histoires… qui vont devenir vraies. Il disparaît alors sur un océan qu’il a imaginé en bas de la ferme. De nos jours, la même campagne. Lucy et ses parents ont hérité de la ferme, et la petite fille mène l’enquête sur son aïeul Oscar. De fil en aiguille, les deux enfants se retrouvent, et ils doivent aller sauver le père de Lucy transformé en corbeau, perdu dans un monde où le roi et ses chats s’oppose à la reine et ses oiseaux…

 

L'histoire est bien ficelée, les liens entre les personnages principaux sont clairs, le suspense tient le lecteur en haleine jusqu'à son dénouement. En effet, la mise en abyme des personnages dans les récits qu'ils ont rédigés et l'intertextualité sous-jacente des références à d'autres contes rendent cet ouvrage très intéressant. Il s'y développe aussi une réflexion sur l'écriture d'un roman, avec toutes les difficultés que la création rencontre. Ce roman fantastique complexe met en avant l'imagination des enfants, leur réflexion et leur courage pour dépasser les obstacles. Oscar nous attendrit, car il a été victime de la magie de l'ouvrage. Il a perdu ses parents, mais il met tout en oeuvre pour sauver la famille de Lucy, sans céder aux tentations d'utiliser la magie du livre pour retrouver son passé perdu.

 

Publié dans Jeunesse

Partager cet article

Repost 0

Nekotopia

Publié le par Brouillard

Nekotopiade Fujimori, Asuka

 Flammarion, 2003

 Littérature jeunesse

 

  

 

Maman n'arrête pas de me crier après. Papa me regarde en poussant des soupirs désespérés. Le docteur barbu me reçoit dans son cabinet toutes les semaines et s'arrache les cheveux par poignées entières. Le Maître de la cité a plein d'idées étranges - il veut faire de moi son héritière -, on dit qu'il est malade et qu'il va mourir. Les membres du Conseil, puissants et influents, affirment que ma petite personne est incontournable : ils attendent de moi je ne sais quel miracle. Quantité de gens se prosternent à mes pieds et me couvrent de cadeaux. Partout on espère un geste de ma part, ce geste simple qui pourrait sauver le Pouvoir, sans lequel la cité s'effondrerait. Moi, je voudrais tant qu'on me laisse jouer tranquillement et qu'on arrête de m'embêter avec ces histoires ! Asuka n'a pas encore dix ans, et rien dans cette cité ne l'intéresse vraiment. Rien, excepté les rubans, les jolies robes, écraser des pierres sur le nez des garçons... et surtout trucider les chats.

 

 

Âmes sensibles s'abstenir ! Et pourtant ce serait dommage de ne pas lire ce conte sous prétexte qu'il est violent, sanglant. Amoureux des chats, respirez profondément à la lecture des sévisses endurés par ces animaux. Le plus terrible, et ce qui prend aux tripes, c'est que l'auteur de ces exactions est une gamine de pas tout à fait 10 ans. 

Le premier meurtre est la conséquence d'une discussion entre deux petites filles. Une camarade de classe d'Asuka lui raconte comment sa mère a tué la portée de sa chatte et Asuka décide d'intervenir et de faire de même pour la sienne pour éviter cet acte douloureux à sa mère qu'elle sait trop sensible. L'attention est "mignonne" bien que le procédé soit barbare. Le livre retrace l'incompréhension qui existe entre le monde des adultes et celui des enfants. Outre le niveau familial, la réflexion s'étend au domaine du pouvoir politique. Nous sommes face à un système où l'absurdité est roi et le peuple est soumis,  hypnotisé par la propagande. Où sont les limites? Les enfants sont-ils plus malléables que les adultes? Faut-il tout tenter pour atteindre son but, au risque de perdre la tête?  

 

L'immersion dans le monde déjanté d'Asuka débute par la lecture choquante des récits des meurtres qu'elle a perpétrés. Ces extraits jalonnent tout le récit, lui-même découpé en deux parties : d'un côté les écrits et ressentis d'Asuka, de l'autre la mise en place d'une intrigue dans laquelle Asuka sera la pièce maîtresse. La loufoquerie est poussée à son comble dans un burlesque noir et morbide où les personnages et le décor sont aussi confus et labyrinthiques l'un que l'autre, le tout dans une écriture facile d'accès.

Publié dans Jeunesse

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>