Si par une nuit d'hiver un voyageur d'Italo Calvino

Publié le par Brouillard



Si par une nuit d'hiver un voyageur
est paru en 1981.

coeur

C'est un heureux hasard qui m'a conduit à lire ce livre : l'incipit figurait dans un article. L'ayant trouvé original par son adresse directe au lecteur, je l'ai cherché en bibliothèque et l'ai emprunté. Ce livre relate l'acte de lecture. L'intrigue porte sur la quête d'un livre complet qui ne soit pas une contre-façon. Tous les acteurs de la chaîne du livre sont présents : de l'auteur à l'éditeur, au libraire puis au lecteur. Au-delà de cette recherche, ce livre porte sur la réflexion du cadre fictionnel. En effet, tout au long du roman, l'auteur s'adresse au lecteur réel et non plus seulement à son personnage qui n'est pas nommé mais qualifié de "lecteur". En mettant en scène un lecteur qui cherche à assouvir sa lecture, une lectrice qui confronte son expérience de lecture et ses attentes à celles du lecteur, nous assistons à une mise en abîme de notre propre pratique de la lecture.
Ce roman offre au lecteur réel, la lecture des livres qui tombent entre les mains du personnage. La construction alternant, un chapitre d'enquête et un chapitre d'incipit de romans, nous fait vivre de l'intérieur la quête du personnage et nous plonge à notre tour dans cet état de malaise que provoque la suspension de la lecture, la rupture du cadre fictionnel créé par chaque roman.
Les réflexions sur les codes romanesques (la réalité à donner aux personnages, l'intrigue à maintenir, une relation amoureuse à créer pour conserver son lectorat, un contexte à dessiner, une écriture derrière laquelle s'entend ou s'efface l'auteur, etc) sont présentes tout au long du roman. C'est ce double niveau de lecture qui enrichit l'intérêt de ce roman.

Si vous êtes intéressé par une analyse plus poussée du roman, voici le lien vers un article d'erudit.org

Citation :

"Te voici donc prêt à attaquer les premières lignes de la première page. Tu t'attends à retrouver l'accent reconnaissable entre tous de l'auteur. Non. Tu ne le retrouves pas. Après tout, qui a jamais dit que cet auteur avait un accent entre tous reconnaissable? On le sait : c'est un auteur qui change beaucoup d'un livre à l'autre. Et c'est justement à cela qu'on le reconnaît. Mais il semble vraiment que ce livre-ci n'ait rien à voir avec tous les autres, pour autant que tu te souviennes. Tu es déçu? Un moment. Il est normal que tu sois un peu désorienté au début, comme lorsqu'on présente quelqu'un dont on avait associé le nom à un visage, et qu'on tente de faire coïncider les traits qu'on voit avec ceux dont on se souvient. Et cela ne marche pas. Et puis tu poursuis ta lecture, et tu t'aperçois que le livre se laisse lire indépendamment de ce que tu attendais de l'auteur. C'est le livre en soi qui attise ta curiosité, et, à tout prendre, tu préfères qu'il en soit ainsi. Te retrouver devant quelque chose dont tu ne sais pas encore bien ce que c'est."

Commenter cet article

Fleur 09/11/2009 19:23


je devais le lire pour mon challenge Blog-o-trésor mais le prix du livre de poche à fait que je n'en ai lus aucun et c'est jusqu'au mois de décembre :(
Mais peut-être que d'ici 2 mois je m'y pencherai...en tout tu m'as donné envie


Celsmoon 08/11/2009 22:09


C'est un de mes livres favoris !!! Quel travail ! De l'excellence !


Brouillard 16/11/2009 19:08


En effet c'est une performance littéraire qui instruit tout en maintenant le plaisir de lecture. A présent je peux dire comme toi : "c'est un de mes livres préférés!"