René Nelli

Publié le par Brouillard

Extrait de Poésie d'Oc au XXème siècle

Je vous salue chiens fidèles et dévorants
qui grattez la neige et hurlez à l'amour
pendant que les jeunes filles deviennent souterraines
et que les ruisseaux refleunt vers leurs sources d'avril.

Le sentiment retarde et tout est pressenti
le roulement d'un train l'a déjà devancé
il me plaît de marcher dans les rencontres
quand la ville s'éclaire aux flux des prophéties.

Les larves nues les regards qui les lavent
il faut abandonner les morts pour les vivants...

Voici le soir : c'est l'heure où Dieu respire à peine
et la mort a le coeur de l'insomnie du monde.

Publié dans Poésie

Commenter cet article