Les étranges talents de Flavia de Luce d'Alan Bradley

Publié le par Brouillard

 Les étranges talents de Flavia de Luce d'Alan Bradley

Edition du Masque,2010

 

  Les_etranges_talents_de_Flavia_de_Luce_msk

 

L'originalité de la couverture du roman -par sa noirceur, sa référence au gothique, et cette figure de petite fille (si frêle et fragile et à la fois si semblable à "Mercredi" de la famille Adams) entourée de ronces, d'un chat noir et d'un corbeau- était incitative à découvrir ce récit emprunt de mystère. En tout cas, c'est ce qui m'a poussée à jeter un oeil sur la quatrième de couverture.

 

La méchanceté, un esprit un peu diabolique entre soeurs et l'énigme d'un meurtre, voilà autant d'ingrédients qui présageaient une bonne histoire. Flavia, âgée de 11 ans, est passionnée de chimie -de création de poisons-, elle fait des expériences dans son laboratoire, notamment en empoisonnant le rouge à lèvre de sa soeur aînée Ophélia. Dans sa famille ils ne sont pas démonstratifs, même son père féru de timbres, grand collectionneur, semble vivre dans un monde à part. Flavia est dotée d'une ouïe fine et d'un sens aigu de l'observation. Aussi c'est tout naturellement qu'elle va mener l'enquête sur le mort retrouvé dans le potager du manoir Buckshaw, propriété de sa famille. Elle adore les mystères et surtout, elle veut disculper son père qui, aux yeux de l'inspecteur en charge de l'affaire, apparaît comme le coupable idéal. Elle dispose d'éléments qu'elle n'a pas rapporté aux autorités dont celui qui consiste à connaître l'heure du décès : le mort a expiré sous ses yeux en prononçant le mot "Vale" et son haleine était marqué par une odeur de poison. De plus, elle a surpris une conversation entre son père et l'inconnu dans la nuit.  

L'histoire débute par la découverte sur le palier de la porte de la cuisine d'un oiseau mort tenant en son bec un timbre : son père présent lors de l'événement est très affecté par cette découverte. Il essaie de masquer son malaise à sa fille et à sa femme de ménage. A partir de ce moment le mystère est lancé et le poisson-lecteur est ferré ! L'enquête va lever le voile sur le caractère du père et la naissance de sa passion pour les timbres. Flavia va ainsi se rapprocher de son géniteur. Cette histoire est rondement menée, avec les pauses et les doutes nécessaires aux fausses pistes et au suspens. Appréciation positive garantie pour ce récit !

Publié dans Jeunesse

Commenter cet article