La vérité sur l'affaire Harry Quebert de Joël Dicker

Publié le par Brouillard

La vérité sur l'affaire Harry Quebert de Joël Dicker

Ed. Fallois, 2014 

Grand Prix du roman de l'Académie Française en 2012
Goncourt des Lycéens en 2012

À New York, au printemps 2008, lorsque l'Amérique bruisse des prémices de l'élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente: il est incapable d'écrire le nouveau roman qu'il doit remettre à son éditeur d'ici quelques mois.


Le délai est près d'expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d'université, Harry Quebert, l'un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d'avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison.


Convaincu de l'innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l'enquête s'enfonce et il fait l'objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d'écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s'est-il passé dans le New Hampshire à l'été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ?

Sous ses airs de thriller à l'américaine, La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert est une réflexion sur l'Amérique, sur les travers de la société moderne, sur la littérature, sur la justice et sur les médias.


Tout d'abord je tiens à remercier l'ami qui m'a prêté ce livre, car malgré le succés libraire et le métier de son protagoniste principal, écrivain, je n'aurais pas de moi-même lu ce titre. Une autre de mes amies me l'a vivement recommandé. Deux personnes proches qui en font une publicité positive, il fallait absolument que je le lise pour m'en faire ma propre opinion.

 

Alors les deux ont lu ce titre de près de 700 pages en 3 jours, avec une véritable envie d'avancer le plus rapidement possible pour connaître le dénouement. Il me fallut bien plus de temps pour le lire. J'avoue même que si je n'avais pas été stimulée par leurs propos je l'aurais peut-être laissé de côté pour plus tard. Mais un livre prêté doit être rendu dans un délai raisonnable. Aussi me suis-je accrochée et j'ai retrouvé l'entrain du début de lecture au moment des 100 dernières pages.

De mon point de vue, il y a bien 200 pages de trop. Que de longueurs ! L'auteur a beaucoup joué sur des effets de retardement dans la résolution de l'énigme et cet artifice littéraire aussi bien dans le déploiement de l'histoire que dans l'écriture, m'a été pénible. Et même si j'ai apprécié les dernières pages, j'ai trouvé ce dénouement surfait. J'avoue avoir été surprise puisque je ne m'attendais pas à un effet de poupées russes. Je n'avais pas démêlé tous les noeuds, mais les grosses ficelles si, pas pour les bonnes raisons que la fin du récit stipule, mais tout de même de grosses zones d'ombres s'étaient éclaircies avant.

Ceci est mon humble ressenti.

J'ai donc éprouvé quelques difficultés dans mon rythme de lecture, qui ralentissait au fur et à mesure. Toutefois, je ne peux pas dire que j'ai passé un mauvais moment de lecture. Dans l'ensemble ce fut une belle découverte, mise à part ces fameuses longueurs, je ne regrette pas de l'avoir lu. Il était intéressant de lire cette mise en abyme du travail de l'écrivain avec ses passages à vide, ses tourments, les délais à respecter, le rouleau compresseur du monde éditorial, ses réussites. De même au niveau de l'enquête de police, c'était une bonne vision des réactions des gens face à un drame, le retournement des lecteurs pour leur auteur adulé, la descente aux enfers d'un homme que tout accuse : pas de présomption d'innocence, un linchage public, une condamnation des moeurs particulièrement musclée.

Disons pour conclure que je n'adhère qu'à 60% à l'engouement général que ce titre a suscité.

Il en faut pour tous les goûts me direz-vous et vous aurez franchement raison

Je vous laisse donc vous faire également votre propre avis.


Publié dans Litt étrangère

Commenter cet article

une lectrice assidue 08/12/2014 18:17


Félicitations pour le nouvel article sur le blog, dont j'ai beaucoup aimé le ton très personnel et l'exposé de positions très divergentes sur l'ouvrage qui permettent à chacun de se laisser
tenter par l'ouvrage évoqué.

Brouillard 13/12/2014 15:00



Garder l'ouverture d'esprit et laisser aux autres lecturs l'opportunité de se faire leur propre opinion et une fois celle-ci aboutie, venir en discuter ici reste pour moi fondamental, alors
n'hésitez pas !