Extrait du Colporteur de Christian Bobin

Publié le par Brouillard

l'Enchantement simple et autres textes de Christian Bobin
Poésie/Gallimard, 2001


texte extrait "du Colporteur"

Quittant le monde tu ouvres un livre : une boîte à silence, familière, ouvragée, délivrant un diable-doux, un ange-acide. Fermant le livre, tu gagnes enfin ce qui n'est plus ni du monde, ni des mots : la bonté ou le désespoir.



Allant hors de toi pour mieux te rapprocher du centre, jusqu'à ce point du plus grand trouble qui est aussi celui de la plus grande paix.

Publié dans Poésie

Commenter cet article