L'armure de vengeance de Serge Brussolo

Publié le par Brouillard

L'armure de vengeance de Serge Brussolo

Livre de poche, 1999

 

Une enquête gothique et cruelle, par l'auteur du Chien de minuit, prix du Roman d'Aventures 1994, qui nous convie à une envoûtante exploration des sortilèges du Moyen Age.
Le chef-d'oeuvre du maître français du suspense machiavélique.

L'action se passe au Moyen-Age. Jehan de Montpéril, serf élevé au rang de chevalier par sa bravoure au combat se trouve entraîné dans un mystère. Il doit surveiller une armure maudite qui se lèverait seule la nuit pour tuer la femme et les enfants des grands seigneurs qui portent cette armure lors de tournois. Cette armure est légendaire - l'armure de sable-, noire, elle ne reflète par le soleil comme ses consoeures, elle est d'un seul tenant protégeant entièrement le chevalier qui se sent invicible. Le clergé ne la perçoit pas d'un bon oeil puisque le chevalier ainsi revêtu est un guerrier de Dieu moins vulnérable et perd donc de sa valeur du fait de la diminution de la prise de risque encouru pendant le combat au nom du Seigneur. 

Le début du récit nous replace dans le contexte de la réalisation de l'armure, par un forgeron Job, qui pour atteindre son objectif a tout sacrifié. Sa fille Sigrid, pour survivre après la disparition de son père se déguise en écuyer pour louer l'armure aux nobles. C'est la nuit d'une de ces locations que la mort frappe de façon sanglante et avive la légende morbide et terrifiante de l'armure de sable.

L'écriture de Serge Brussolo nous emporte dans la noirceur du Moyen-Age, dans ses moeurs dures et violentes. Jehan n'est pas aimé des autres chevaliers car il n'est pas issu de sang pur, de haute lignée. Aussi l'enquête va être conduite par un détective malmené par ceux qui l'emploient, opprimé et oppressé par des coutumes injustes parfois. Le sang coule, les tortures sont légions sur les serfs : cette population de petite extraction considérée comme du menu fretin. La peinture des caractères de protagonistes est telle qu'il est difficile de ne pas s'attacher ou du moins être touché par ces destins.

Publié dans Roman policier

Commenter cet article

Une Comète 10/11/2012 11:40


Je le note. En plus, il me semble l'avoir croisé à la médiathèque. Bonne journée !

Olivier 09/11/2012 17:52


Rien que cette description m'a donné l'eau à la bouche, merci !

Nico 03/11/2012 21:05


Bon polar, mais j'avais quand même préféré Le château des poisons, qui consacrait plus de temps à la description du quotidien au Moyen Age.