Edvard Munch

Publié le par Brouillard

medium_edward_munch_vampire__1893_190772

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Vampire ou Amour et douleur lors de sa première exposition en 1893-1894

Tableau sur la luxure et le désir et tous les problèmes que cela engendre. Forte mysoginie qui se dégage de cette toile.

 

Munch aime la lecture d'ouvrages philosophiques sur la psychologie qui marquent bien les goûts littéraires des Berlinois à cette époque.




Les Cendres, 1894

Les deux personnages sont touchés par la douleur, mais l'homme nous tourne la tête de même qu'il évite la femme tandis que celle-ci fixe son regard dans le nôtre.




Les yeux dans les Yeux (1894) contraste avec le tableau précédent puisque nous avons affaire à une rencontre amoureuse où les deux protagonistes se font face et où on sent poindre le désir de part et d'autre. Pouratnt cet arbre qui divise en deux la toile sépare ces êtres, dont l'homme au visage pâle traduit déjà une souffrance celle de ne pas appartenir à cette femme et à son environnement.




La séparation, 1896


Voici une nouvelle peinture de la souffrance de l'homme abandonné par la femme, tournée vers la mer donc vers le large et de nouvelles promesses.

 

 Style naïf, Jeunes filles se baignant (1901-1902) valut à Munch de nombreuses critiques alors que la toile représentait uen scène réaliste.

Publié dans Ciné -music -peinture

Commenter cet article