Le Charme noir de Yann Queffélec

Publié le par Brouillard

Le Charme noir est paru chez Gallimard, en 1983. Il compte 278 pages.
 ISBN 2-07-037665-6




Marc Frocin. C'est mon nom. J'ai quarante ans. Je n'ai pas de métier, pas d'argent, pas d'amis, pas de maison, je vis au crochets des femmes, et quand les crochets sont émoussés je m'en vais. Mes ambitions de jeunesse ont sombré. J'espérais faire une oeuvre d'art, j'ai fait la guerre entre-temps, un peu de placard, un peu de prison - terminé pour l'art. J'ai trois drogues : la poésie, les pastis et la nuit. Le sexe a fini de m'ennuyer, mais il faut bien gagner son pain. J'ai tout pour plaire et tout pour déplaire...




Nous voilà prévenu dès la quatrième de couverture, nous ne sommes pas en présence d'un héros mais d'un homme, tout simplement. C'est un homme qui a souffert, fait souffrir et dont sa vie est ici perçue par le truchement d'un récit qu'il a lui-même écrit et qui est lu par la femme qui occupe sa vie : Sylvia. C'est un moment poignant et déchirant, celui la découverte de soi, de son portrait par l'homme que l'on aime. Sans vouloir divulguer la suite, on imagine bien par le titre et le ton qui est donné dès ces quelques lignes que nous sommes loin du conte de fée. C'est dur, noir, choquant parfois. J'avoue avoir eu envie de gifler cet homme pour ses travers et son manque de considération pour les autres. C'est homme est réel, l'écriture le rend réel et de ce fait ses émotions, sentiments, pensées le sont aussi sans craindre de caricature de traits. Le personnage n'est pas forcé et ne laisse pas indifférent. J'ai aimé le ton du livre, le sujet  quotidien, la vie qui transpire dans ces relations humaines.

Publié dans Roman français

Commenter cet article